Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

/ / /
Actuellement le Pr WATANABE travaille sur les modes de perception des images de bandes dessinées en fonction des origines culturelles. Mais il y a quelques années, elle a mené des recherches comparatives (Japon, USA, France) sur la manière dont on apprend dès l’enfance à travailler ou non en équipe. Dans les écoles primaires, lorsqu’il s’agit d’exécution des tâches qui concernent tout le monde :

- Au Japon les écoliers sont entraînés à faire ensemble un maximum de choses:
les groupes d’enfants sont formés par décision de l’instituteur, sans rôles spécifiques attribués. Les enfants doivent observer le comportement de leurs condisciples, voire deviner leurs intentions. L’instituteur observe l’ensemble
et attend. Au bout d’un mois les enfants savent s’organiser en fonction des compétences de chacun, et le groupe devient très efficace. Ce qui est d’abord valorisé, c’est la capacité des individus à former un groupe, capacité qui est
considérée comme la condition nécessaire de l’efficacité. Dans un premier temps la réalisation de l’objectif est donc relativement secondaire.
D’après le Pr WATANABE, l’idéal au Japon serait de coordonner sans donner d’ordres.

- Aux USA : l’instituteur attribue d’emblée un rôle à remplir à chaque élève. Il n’y a pas de recherche de coordination.

- En France : l’instituteur commence par demander aux enfants avec qui ils veulent travailler. Et s’ils veulent accomplir la tâche tout seuls c’est aussi possible. Ce serait impensable au Japon.



Chirurgie, robotique, culture japonaise : une première esquisse



Une des erreurs françaises pourrait être d'exiger des résultats (notamment par le biais d'un programme de compétences disciplinaires à acquérir avec des fourchettes de dates déterminées) avant que les compétences générales - assimilables à des moyens d'apprentissage - soient acquises.)

La capacité à travailler en groupe est l'une de ces compétences de base.
Et effectivement, elle prime sur la "réalisation de l'objectif" qui devient "donc relativement secondaire"

Le temps consacré aux prérequis de l'apprentissage est loin d'être une perte.

Ce n'est pas dans ce sens que les dernières réformes de l'enseignement vont, notamment lorsqu'on songe à l'enseignement précoce (3 ans) de la lecture à la maternelle.

voir document audio
ici

Partager cette page

Repost 0
Published by comeau-montasse