Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

3 septembre 2006 7 03 /09 /septembre /2006 09:33

Joseph Jacotot est un pédagogue (il n'aimerait pas le mot) souvent cité.

Récemment dans le monde quelqu'un (Bégaudeau) qui avait lu quelqu'un (Rancière) qui avait lu Jacotot écrivait un article vantant les mérites du dernier.

Il faut dire qu'aucun livre de Jacotot n'est disponible (ni en neuf, ni en occasion, ni dans les oeuvres numérisées de la BNF)

Par chance, une amie est parvenue à acquérir un exemplaire de "Enseignement Universel - Mathématiques" et me l'a offert.

J'y ai trouvé dès les premières pages ce merveilleux développement à propos de la petite phrase assassine (très utilisées, des élèves aux inspecteurs, pour se débarasser de l'étrange et de l'inconnu)

"Je ne comprends pas !"

Je vous félicite, mes enfans, d’avoir satisfait aux questions de vos examinateurs.
Vous avez été témoins de leur étonnement quant vous leur avez dit : nous avons appris sans explications.

Or, mes enfans, on ne peut pas étonner un homme sans l’irriter.
Ce mal est sans remède et vous êtes perdus, dans son esprit, dès qu’il a prononcé, dans la discussion, le fameux je ne comprends pas.
Je ne comprends pas est une déclaration de guerre, contre une nouveauté. C’est l’ultimatum de la science du jour.

Vous allez remplir un état distingué dans le monde. Il vous reste une longue carrière à parcourir ; vous aurez plus d’une occasion de mettre à profit ma dernière leçon ; gravez-là dans votre mémoire.

Il y a des hommes de bonne foi ; mais ils sont rares. De plus, ils sont presque tous indifférens à la question.
Je ne comprends pas, dans leur bouche, signifie : peu importe. Vous savez que les précepteurs de Leurs Altesses Royales m’ont dit : nous ne comprenons pas, lorsqu’ils se sont présentés devant moi, à l’école normale, par ordre supérieur.
Vous savez aussi, d’après ce qu’on m’a écrit officiellement, qu’ils ont pourtant rendu compte au Prince, en disant qu’ils avaient très bien compris.
Or, un des précepteurs, dont il s’agit, est mathématicien et l’autre littérateur.
L’arrêt qu’ils ont rendu, contre l’enseignement universel, a transpiré et la gazette vous a appris que vous preniez, à l’école normale, les leçons d’un escroc.
La gazette a cru bien faire en vous prévenant de vous tenir sur vos gardes.
MM. les précepteurs n’ont pas compris que, pour répondre à la confiance d’un auguste personnage, je devais dire qu’ils n’ont pas les dispositions convenables pour l’enseignement universel qu’on me demandait.

Voilà, mes enfants, ce que signifie ce vieux mot de proscription, ce mot de persécution : je ne comprends pas.
Soyez de bonne foi, vous-même ; n’avez-vous pas dit, comme tout le monde : je ne comprends pas ; et sans cette patience inaltérable qui a soutenu mon dévouement jusqu’à la fin de vos études, vous diriez encore aujourd’hui avec ceux qui vous ont examiné ; je ne comprends pas.

Ainsi, mes enfans, soyez tolérans et apprenez à pardonner une faute que vous avez tous commise, sans en excepter un seul. Quand je vous ai dit : apprenez quelque chose et rapportez-y tout le reste, d’après ce principe : tous les hommes ont une intelligence égale, n’avez-vous pas été étonnés comme vos examinateurs ? N’avez-vous pas souri malignement comme eux ? Et pourtant, mes enfans, vous étiez bien moins excusables qu’eux. Vous étiez ignorans, ils sont instruits.

Quand on ne sait rien, il n’est pas très méritoire de penser qu’il y a peut-être quelque chose à apprendre. Mais, quand on sait ce qui a été dit, croire qu’il reste encore quelque chose à dire, est un effort au dessus de notre orgueil.

Le dernier paragraphe est un délice.

Il explique notamment pourquoi il est de plus en plus difficile d'apprendre, de la maternelle au lycée.
A moins que tout ait été mis en oeuvre pour que ce "je ne comprends pas " ne puisse être une justification à cette paresse naturelle qui nous habite tous et remplacé par des paroles moins définitives comme "Que veut dire ce petit ² "

Partager cet article

Repost 0
Published by comeau-montasse Comeau-Montasse - dans Textes sur l'enseignement
commenter cet article

commentaires

infophile 17/11/2006 23:06

J'ai lu le texte, mais je ne comprends pas (sourire)² pourquoi on associe à ce terme une certaine paresse... On peut très bien ne pas comprendre tout en faisant des efforts non ? On ne comprend toujours pas la conjecture de Syracuse mais pourtant il y en a plus d'un qui se casse la tête sur le problème ! (l'exemple n'est pas très explicite mais c'est le premier qui m'est venu à l'esprit).

Comeau-Montasse 23/11/2006 17:48

On peut ne pas trouver la solution à un problèmemais la compréhension du problème est d'un autre ordre.Ce que tu dis de Syracuse (belle chanson d'Henry Salvador (sourire) ) est intéressantc'est justement un problème paradoxalement très compréhensible alors que la solution est ... Ce casser la tête sur un problème est précisément le signe qu'on y est entréJacotot veut parler de celui qui dit "je ne comprends pas" et pour lequel cette incompréhension justifie l'arrêt, voir même signifiec'est donc que c'est incompréhensible.par ailleurs, on entend souvent "c'est impossible" pour   "je n'y arrive pas"Le médiateur rend un grand service à celui qui voudrait poser les valises sur le quai en l'assurant du fait que   "mais si, j'en suis certain, tu peux entrer dans le problème et dire quelque chose que tu en penses" Content d'avoir eu ton point de vu sur cette difficile question de l'immobilité face à la tâche. Je ne peux progresser moi-même sur ce thème (Jacotot est constamment cité, mais jamais lu) que si des retours, surtout avec des points de désaccord, me parviennent.

V. 11/09/2006 19:17

Heureuse que tu diffuse Jacotot ici mêmeje ne connaissais pas et sens que grâce à cette pensée puissanteet le travail que tu nous offres ici mêmema réconciliation avec les mathématiques est en marche (sourire)

Comeau-Montasse 12/09/2006 13:59

Merci de ces encouragements à poursuivre
Pour surJacotot n'est pas pour le cerveau au centre de l'étau (sourire²)²