Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 15:11

Le site image des Mathématiques publie un intéressant article dont le titre est 

"LES MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES AU CŒUR DE LA FINANCE"

et qui montre en quoi cette discipline est précieuse dans cette application.

Extrait : 

------------------------------------------

Au cours des trois dernières décennies, les outils mathématiques sont devenus déterminants en finance. Ils ont initialement contribué avec Black-Scholes à l’explosion des activités de marché et aujourd’hui, la demande en profils hautement techniques reste importante, malgré les crises financières. Nous dressons un portrait succinct des connexions entre finance et mathématiques appliquées.

Depuis une trentaine ans, le paysage financier a été profondément modifié par l’apparition de marchés et produits nouveaux. Ce bouleversement fait suite à une volonté accrue de déréglementation dans les années 70, rendant volatiles les taux d’intérêt et instables les taux de change. Des marchés organisés ont alors vu le jour et ont permis à des intervenants comme les entreprises industrielles et commerciales, les compagnies d’assurance et les banques d’intervenir massivement sur un marché unique et liquide. Suite au premier de ces marchés à Chicago en 1973, la France a emboîté le pas, en créant le MATIF en 1985 (Marché à Terme International de France) puis le MONEP en 1987 (Marché des Options Négociables). Le développement spectaculaire de ces activités a été rendu possible grâce aux progrès technologiques, mais aussi grâce aux outils théoriques qui ont permis de valoriser les nouveaux produits financiers. Aujourd’hui, les ingénieurs des départements de recherche et développement des institutions financières manipulent au quotidien une large palette d’outils des mathématiques appliquées : nous en proposons un rapide survol, en partant des probabilités (mouvement brownien, calcul stochastique, méthodes de simulation de type Monte-Carlo...) pour aller vers la statistique (estimations de paramètres...), tout en passant par l’analyse numérique (équations aux dérivées partielles linéaires ou non-linéaires et leur résolution numérique, problèmes inverses ...).

-----------------------------

Certes les mathématiques n'ont pas d'émotion... mais on peut toute de même émettre quelques observation concernant leur utilité dans le domaine de la finance ... et les conséquences que leurs productions ont sur l'économie de la planète.

----------------- commentaire-----------------------

En préalable, 

    • Les mathématiques appliquées au cœur de la finance

      A propos de Myron Scholes (dont est évoqué une formule) et de Robert Merton
      dont on donne les références bibliographiques :

      En 1997, Myron Scholes et Robert Merton reçoivent le prix Nobel d’économie pour une nouvelle méthode de calcul du prix d’un produit dérivé. Ils entrent dans le conseil du hedge fund Long-Term Capital Management. En 1998 la société perd 4,6 milliards de dollars et fait faillite deux ans plus tard.

      Voir l’intéressant article du magazine Le Temps (suisse)
      « Si cela se calcule, ça doit être juste »
      qui évoque les dérives mathématiques des économistes (ainsi que leur source à savoir une « blessure narcissique » , liée à un manque de reconnaissance de leur discipline par rapport aux mathématiques.

       

      ----------- de l'intérêt des mathématiques pour le milieu de la finance --------
      .
      Les mathématiques au coeur de la finance, n’ont d’intérêt que dans la mesure où elles sont réservées à quelques uns.
      Car chacun sait que la connaissance d’un raccourci ne vaut que par le petit nombre de ceux qui le partagent.
      Or un chemin de raison (comme ceux que fournissent les mathématiques) divulgué au grand nombre, ne peut que conduire à des embouteillages ... ou à des bulles suivies des catastrophes que l’on connait (ce à quoi mène nécessairement la divulgation large des méthodes de gestions d’un portefeuille parfait).
      Ceci justifie la course en avant et la frénésie de demande en rapport avec des solutions mathématiques ... toujours plus « performantes », c’est à dire tenant compte des bouleversements que les précédentes propositions ont produites.
      .
      Il est certain que cela rend les « mathématiques appliquées au coeur de la finance » particulièrement intéressantes puisque dès lors qu’une de leurs « productions virtuelles » est connues du grand nombre elle est aussitôt dépréciés et que la production suivante n’en a que davantage de valeur dans une course sans fin dont il ne reste, pour les gestionnaires de cette production, qu’à doser soigneusement les flux de publications !!!
      (tout comme à certaines époques on gérait la rareté des denrées alimentaires)

Partager cet article

Repost 0
Published by comeau-montasse Comeau-Montasse - dans économie mathématiques finance utilité embouteillage privilège
commenter cet article

commentaires