Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

*****

Les aides en vidéo

Philippe Mercier

 

Son forum d'aide

 

calculette scientifique
Wiris

flèches vers

Articles Récents

Des rubriques et des lieux

30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 10:05

Extrait d'un article de la revue Sciences et Avenir 

"NEUROLOGIE. Comment l’éducation modifie la structure du cerveau"

À la naissance (à terme), les 80 à 100 milliards de neurones du bébé sont arrivés à destination, les fibres conductrices (substance blanche) sont en place. Puis des ramifications vont croître et des connexions se former à une vitesse phénoménale jusqu'à 3 ans. Ce réseau dense sera ensuite élagué, les connexions les moins utilisées étant éliminées. À 4 ans, le réseau, débarrassé du superflu, est efficace. Toutes les zones cérébrales sont alors actives mais encore lentes. Les fibres doivent à présent devenir matures, c'est-à-dire s'entourer d'une couche isolante (myéline) qui va accélérer la transmission électrique. Ce phénomène, hétérogène, se produit d'arrière en avant du cerveau, sur de nombreuses années. Le cortex préfrontal étant le dernier à devenir performant, pas avant environ 25 ans !

-----------------------------

source : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/neurologie-comment-l-education-modifie-la-structure-du-cerveau_110847

-------------------------------

L'efficacité n'est pas une qualité absolue, elle est relative aux objectifs que l'on se donne, vis-a-vis de "quelque chose" qui est alors considéré comme un outil au service d'un résultat.

Les résultats visés par le monde dans lequel nous vivons sont très précis, très en rapport avec le domaine scientifique, le raisonnement déductif, la rationalité pure.

A ce titre, seront considérées comme connexions relatives au "superflu", toutes celles qui sont sans rapport avec ces buts.

Cette tendance à la recherche de l'efficacité étant de plus en plus marquée, et les outils au service de "l'éducation" étant de plus en plus intrusifs, on peut s'interroger sur la diminution de la biodiversité des intelligences qu'entraîne cette éducation qui "modèle la structure du cerveau".

On peut aussi se demander si, pour l'homme, tout comme pour le corail, une variation infime de l'environnement (quelques °C pour le corail) n'est pas susceptible de menacer gravement une espèce qui réduit de plus en plus son potentiel à un monde artificiel auquel elle est de mieux en mieux adaptée, à l'exclusion de tout autre. ?

Partager cet article

Repost 0
Published by comeau-montasse Comeau-Montasse - dans éducation
commenter cet article

commentaires